Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2008 2 01 /07 /juillet /2008 11:46

Hier soir, le Jeu de Paume Concorde a inauguré « Richard Avedon : photographies 1946-2004 », la première rétrospective consacrée en France au photographe américain. Force est de constater que le succès ne s'est pas fait attendre : les Parisiens se sont déplacés en masse pour découvrir les 270 œuvres retraçant l'ensemble de sa carrière.

Après sa présentation au Louisiana Museum (du 24 août 2007 au 13 janvier 2008), puis au Forma de Milan (du 14 février au 8 juin 2008), la rétrospective est, pour sa venue à Paris, complétée par une large sélection de photographies de In the American West, série clé dans l’itinéraire artistique d’Avedon (1923-2004).

Avec émerveillement, le public contemple des portraits témoignant d’une véritable empathie, et révélant les différentes facettes des modèles. Il se laisse imprégner par le nouveau souffle que le maître impulse à ses images. Cela est particulièrement visible dans les clichés réalisés pour différents magazines, tels que Life et Harper’s Bazaar (dont il devient bientôt le photographe principal), les portraits de stars (Marylin Monroe, les Beatles...) ainsi que ceux des membres de la Factory. Dans Andy Warhol and members of The Factory (Andy Warhol et les membres de la Factory, 1969), Avedon représente un groupe de personnes plus ou moins vêtues et réussit à montrer la quintessence de la révolution sexuelle et artistique de la fin des années 1960.

Dans un autre style, Avedon signe, entre 1969 et 1973, une émouvante série de portraits de son père, alors que celui-ci est rongé par un cancer. La photographie lui sert alors à enregistrer la surface des choses et l’empreinte de la survie.

Dans les dernières salles, les visiteurs admirent la série « In the American West » (125 portraits de gens de l’ouest américains commandés par le Amon Carter Museum de Fort Worth, Texas).
De 1979 à 1984, le photographe sillonne l’Ouest américain, qui subit alors une grave récession économique et centre son attention sur des lieux bien précis : ranchs, mines de charbon, foires aux bestiaux, abattoirs, relais routiers… Il réalise le portrait de sans-abri, d’ouvriers agricoles, de mineurs, de serveuses, etc., coupés de l’environnement qui est habituellement le leur. L’idée est de faire entrer les exclus et les défavorisés dans la tradition du portrait, de placer les faibles là où l’on représente ordinairement les puissants. Pour ce faire, Avedon utilise, comme pour ses portraits de célébrités, la chambre, le fond neutre et l’éclairage — soit les éléments qui composent son style, immédiatement reconnaissable.
Il en résulte des clichés sans concession, dans lesquels Avedon a su mettre en scène la lutte quotidienne pour la vie et le déclin d’un système de valeurs traditionnellement associées à l’Ouest américain. Empreints d’humanisme et d’une grande sobriété, ces portraits grandeur nature d’Américains anonymes, issus des couches les plus défavorisées de la société, sont immédiatement devenus un classique de l’histoire de la photographie.

[Visuel : Photographie Richard Avedon, Autoportrait. Provo, Utah, 20 août 1980. © 2008 the Richard Avedon Foundation]


Partager cet article

Repost 0
Published by Art and You - dans On apprécie
commenter cet article

commentaires

Spoomette 22/10/2008 19:59

C'est une exposition dans laquelle l'image fixe devient dynamique.

felizdumonde 01/07/2008 17:52

héhé
"On ne peut donner que deux choses aux enfants: des racines et des ailes. " c'est avec ce proverbe hebreux que je m'arrete sur ton blog pour te souhaiter une tres bonne soiree.+++++++5
boussaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa